Les êtres humains professionnels

1 passage du génie, un film

Ecriture, réalisation : Michel Aymard
Direction de la photographie : Michele Gurrieri

Résumé
Un soir, un homme, un musicien rencontre un fou. Pour parler d’une histoire de fou :  la famille vivant sur un matelas, dehors, au 1 passage du Génie est morte dans le froid.  Pendant leur dialogue, un artiste de la rue réalise une oeuvre peinte sur le mur du passage, là où vivait la famille disparue. Le musicien rejoindra la Fanfare Invisible, dont il fait partie, pour participer à une cérémonie d’hommage à ceux qu’on ne voit pas.

“J’écris un film pour la première fois de ma vie.
Mon goût pour les films courts m’est venu de ma participation comme acteur à plusieurs d’entre eux, notamment le beau film de David Alappont et Luis Briceno : Fard.
J’y ai vu tout l’intérêt d’associer l’image réelle et le dessin. Je m’en suis souvenu pour l’élaboration de 1 passage du Génie.

Il faut des images avec ces mots. Pour parler avec pudeur. Pour évoquer un grand chagrin collectif : quand des gens meurent à nos pieds, nous avons du chagrin, nous devons nous l’avouer à nous-même, d’une manière ou d’une autre. Et agir bien sûr. Agir pour la vie. Contre  la mort et ceux qui la donnent. Contre ceux qui disent “pourquoi pas la mort?”
Le personnage du fou et du musicien seront interprétés pas des acteurs professionnels. Les voix narratrices seront celles d’ une famille, des parents, des enfants avec lesquels  je travaillerai en amont du film. Pour entendre la voix d’une famille réelle vivante, parlant d’une autre famille, fictive, disparue. Pour entrer dans la vérité d’une famille.

Dans le film, le fou prétend que la mort dans la rue, dans le froid de personnes que nous ne connaissons pas est une chose insupportable, car ces personnes, nous les connaissons. Elles font partie de la famille humaine. Ce film sera dédié aux militants de Droit Au Logement, à leur clairvoyance et à leur détermination.”