Struggle

Récital de textes et de chansons Struggle   propose un voyage à travers l’Amérique de
Woody  Guthrie  faite de combats contre la misère et l’injustice, à l’opposé des images que cette nation  attirante  et  controversée  donne d’elle-même.  Woody  invite  à  se  battre,  d’abord et  avant tout pour la vie.
Les chansons  sont  originales,  écrites  et  composées  par  Woody  Guthrie  et  Leadbelly ou adaptées par eux du folklore américain. 

Les textes  sont extraits des œuvres de Woody Guthrie  « En route pour la gloire »   et « Cette Machine tue les fascistes » traduites par  jacques Vassal et du roman  « Les raisins de la colère »  de John Steinbeck traduit par Marcel Duhamel et Maurice Coindreau.

Textes et chansons de
Woody Guthrie  et Leadbelly

Avec
Chant : Michel Aymard
Piano, claviers : Nicolas Fabre
Conception du récital : Michel Aymard et Pascale Grillandini
Arrangements musicaux : Damien Roche et Nicolas Fabre
Dessins originaux (diapositives) : Mokeït
Création lumière : Luc Degassart

Les chansons

Woody Guthrie

This train is bound for glory  Traditionnel adapté par Woody
Midnight special  Leadbelly
Oklahoma hills  Jack et Woody Guthrie
Buffalo skinners  Traditionnel adapté par Woody
Little doggies  Woody Guthrie
East Texas Red  Woody Guthrie
Black girl  Traditionnel adapté par Leadbelly
Jackhammer blues  Woody Guthrie
Bourgeois blues  Leadbelly
This land is your land  Woody Guthrie
Gypsy Davy Woody Guthrie
Nine hundred miles  Traditionnel adapté par Woody
Will Rodgers Highway Woody Guthrie
I ain’t got no home Woody Guthrie
Dead or alive Woody Guthrie
Going down that old dusty road Woody Guthrie et Lee Hayes
Vigilante man  Woody Guthrie

Woody Guthrie est né le 4 juillet 1912 à Okemah dans l’Oklahoma. Woody Guthrie se souvient, dès ses toutes premières années, d’avoir entendu continuellement les blues des Noirs, les musiques de danse des Indiens et les ballades des Blancs. Woody,  orphelin  à  l’âge  de  quatorze  ans,  entama  sa  vie  de  « rambling  man »,  chansonnier vagabond, ouvrier éphémère, émigré permanent, qui allait faire de lui le chantre de l’Amérique de la souffrance et de l’injustice ; il se livra pour vivre aux tâches les plus diverses. Il joua et chanta partout où c’était possible, avec les partenaires les plus divers, Blancs et Noirs, jeunes et vieux, ouvriers et paysans. Avec le petit peuple américain, il apprit naturellement ses chansons. En 1929, ruinés par la crise boursière et par les orages de poussières, des milliers de familles de paysans se ruèrent vers la Californie dans des conditions de misère épouvantable décrites dans le roman de  John Steinbeck   « les raisins de la colère ». Cet épisode tragique inspira à Woody les « Dust Bowl Ballads ». Le  destin  de  woody  Guthrie  est  lié  au  combat  pour  la  vie  et  la  dignité.  Il  chanta  pour  les chômeurs et les grévistes, dans les réunions syndicales, composa des chansons pour enfants, anima  des  émissions  de  radio  pour promouvoir  la  musique  populaire,  écrivit  un  roman autobiographique,  « en  route  pour  la  gloire », s’engagea  dans  la  marine  marchande  lors  de l’entrée en guerre des Etats-Unis, travailla et enregistra sans relâche. La carrière de Woody Guthrie fut interrompue  prématurément dans les années soixante par la chorée de Huntington, maladie qui provoque une dégénérescence progressive des muscles. Il en mourut le 3 octobre 1967.

Leadbelly

Leadbelly naît vers 1885 en Louisiane dans une famille d’ouvrières et d’ouvriers agricoles.

Huddie Ledbetter surnommé Leadbelly  (« ventre de plomb ») apprend dès son enfance à cueillir le coton et à jouer de la musique : concertina, mandoline, puis guitare à douze cordes.
En  1917,  il  rencontre  le  légendaire  bluesman  Blind  Lemon  Jefferson.  Ils  jouent  en  duo  et parcourent le TexasLeadbelly  sera  plusieurs  fois  arrêté  et  incarcéré,  le  plus  souvent  à  la  suite  de  bagarres.
John Lomax, un pionnier de la recherche folklorique américaine procédait à l’époque à un collectage méthodique dans les pénitenciers du sud. Il fit enregistrer Leadbelly, qui interpréta notamment une supplique au gouverneur de Louisiane, réclamant sa libération.

Leadbelly  habitera  ensuite  New  York  où  il  enregistra  en  studio,  chanta  dans  les  cabarets  de Greenwich Village et hébergera chez lui, entre autres artistes, Woody Guthrie.

En 1948, apparurent les premiers symptômes de la maladie qui, un an plus tard, devait emporter Leadbelly, la sclérose latérale amyotrophique, qui paralyse progressivement les muscles.

Le poète Jack Kérouac lui dédia un texte intitulé « Deadbelly » (Ventre mort »).